Skip to content
or

Language switcher

À l’occasion de la Journée internationale de la femme rurale, nous célébrons la lutte menée par les femmes pour la justice du genre

Le 15 octobre marque la Journée internationale de la femme rurale. Aujourd’hui, avec huit de nos groupes membres, nous célébrons le rôle et les contributions inestimables des femmes et des filles du monde entier à la protection des forêts et de la biodiversité, à la production d’une alimentation saine et durable et à la subsistance de leurs familles et de leurs communautés.

Cependant, les femmes rurales font toujours partie des groupes les plus vulnérables et les plus marginalisés, ce qui montre qu’il y a beaucoup à faire dans la lutte pour l’égalité des sexes. Comme le montrent nos groupes membres, les femmes s’organisent pour surmonter ces défis, revendiquer leurs droits et combler l’écart entre les sexes. Dans le même temps, elles contribuent au bien-être de leurs communautés et des écosystèmes dont elles dépendent, ainsi qu’à celui de la planète dans son ensemble.

Les photos et les descriptions ci-dessous donnent un bref aperçu du travail inspirant que nos groupes membres ont mené dans le cadre du programme Women2030. Au cours des cinq dernières années, Women2030 a travaillé avec des partenaires du monde entier pour renforcer les capacités et la force des organisations de défense des droits des femmes afin de faire progresser les politiques de développement durable locales, nationales et régionales sensibles au genre.

Pour en savoir plus sur le travail de la Coalition mondiale pour les forêts sur les droits et l’autonomisation des femmes, consultez notre page de campagne.


Les femmes au Brésil et au Paraguay montrent aux jeunes l’importance de la coopération et de la conservation au-delà des frontières

Lorsque des communautés de part et d’autre d’une frontière se réunissent dans le même but, elles peuvent apporter des changements transformateurs, se soutenir mutuellement pour prendre soin de l’environnement et promouvoir de nouvelles relations intergénérationnelles et équitables entre les sexes. Cette conviction a inspiré un groupe de femmes, qui font partie du Grupo de Educadores Ambientales Sin Fronteras (GEASF), à diriger des événements transfrontaliers et participatifs d’éducation socio-environnementale dans les deux municipalités voisines de Bela Vista (Mato Grosso do Sul, Brésil) et Bella Vista Norte (Paraguay). Un événement qui gagne en popularité année après année est la « Pedala Fronteira » (Pédale de la frontière), une randonnée à vélo qui a réuni des maires, des enseignants, des dirigeants communautaires, des hommes d’affaires et les médias. Mais ce sont surtout les jeunes de tous âges des deux communautés qui sont les participants les plus enthousiastes. À travers cet événement, le GEASF encourage le dialogue, la collaboration et le respect entre les différentes communautés sur les problèmes environnementaux locaux, afin qu’elles puissent mieux prendre soin de leur environnement transfrontalier, y compris les forêts biodiversifiées et la rivière Apa. Ces événements participatifs aident les jeunes à penser et à agir en vue d’un avenir équitable et durable.

Crédit photo: Grupo de Educadores Ambientales Sin Fronteras 


Les solutions menées par les femmes pour contrer la dégradation des forêts – leadership, autonomisation et moyens de subsistence durables

L’Institut de développement, un partenaire de Femmes2030, travaille en collaboration avec  des groupes de défense des droits des femmes dans la forêt de Haute-Guinée, dans l’est du Ghana, en Afrique de l’Ouest. L’élément central de ce travail consiste à valoriser le rôle que jouent les femmes dans la conservation des forêts et à l’améliorer grâce au leadership et à l’autonomisation des femmes, à l’éducation et au partage des compétences, ainsi qu’à la protection des moyens de subsistance qui sont enracinés dans des pratiques agricoles durables. Parallèlement à la protection de la biodiversité et à la création de revenus, l’association des femmes a renforcé les capacités de leadership des femmes, en particulier en ce qui concerne la gouvernance des ressources naturelles. L’un des moyens pour y parvenir consiste à utiliser la radio communautaire, à animer des émissions-débats sur l’autonomisation des femmes et les problèmes environnementaux, et les amener à devenir une voix respectée dans la communauté. Les femmes de l’association ont maintenant la confiance nécessaire pour s’exprimer dans les réunions communautaires et pour approcher les décideurs dans le but de faire valoir leurs besoins et leurs droits. Les femmes de Kpoeta réussissent à restaurer et à protéger les forêts tout en nourrissant leur famille et en vivant de leurs terres. Chacun renforce l’autre. Elles y parviennent grâce à l’auto-organisation, malgré les défis auxquels elles sont confrontées, dont les faibles niveaux de représentation politique et d’alphabétisation.

Crédit photo: The Development Institute


Les femmes rurales en Bolivie s’organisent pour surmonter les injustices de genre

Les femmes rurales de la municipalité d’El Alto, en Bolivie, sont confrontées à de multiples formes de discrimination et d’inégalité basées sur le genre. Le travail qu’ils effectuent à travers la plantation d’arbre indigène ou local, l’agriculture familiale, le pastoralisme et les soins domestiques n’est ni reconnu ni rémunéré, et les demandes des organisations paysannes autochtones pour que ce travail soit valorisé et soutenu sont largement ignorées. Pour surmonter tout cela, les groupes de femmes s’organisent. Des groupes comme le CIPCA, le Centro de Investigación y Promoción del Campesinado (Centre d’investigation et de promotion de la paysannerie) contribuent en facilitant des espaces de réflexion et de partage d’expériences. De nombreuses initiatives visant à lutter contre l’inégalité entre les sexes dans les zones rurales ont émergé de ces espaces, notamment: encourager la création de nouvelles organisations économiques communautaires pour soutenir les moyens de subsistance agricoles des femmes et rechercher de nouveaux marchés pour leurs produits agroécologiques; renforcement des capacités productives des femmes grâce à la diversification; et investir dans des innovations technologiques qui réduisent la charge de travail des femmes. Cela renforce également l’indépendance économique des femmes, renforce leur estime de soi et rend leur rôle central dans la production alimentaire plus visible.

Crédit photo: CIPCA


Les droits des femmes et le savoir traditionnel sont essentiels à la conservation de la biodiversité au Kirghizistan

Les femmes au Kirghizistan font face à de nombreuses menaces, notamment la marginalisation économique et politique et des formes de violence sexiste telles que le mariage par enlèvement, ou encore les développements miniers et d’infrastructures qui ont un impact sur leur santé et leur capacité à produire des aliments. Avec pratiquement aucune représentation au sein du gouvernement local et peu de pouvoir dans la prise de décision des ménages, la société civile et les groupes de femmes doivent s’organiser pour surmonter les défis auxquels elles sont confrontées. La clé de leur succès est d’enraciner la lutte pour les droits des femmes dans la conservation écologique et le partage des connaissances traditionnelles. Dans la région reculée de l’est du Kirghizistan, connue sous le nom d’Issyk Kul Oblast, le village de Darkhan se trouve à quelques kilomètres de la mine d’or géante de Kumtor. Pour contrer les nombreux impacts de la mine sur la vie locale et pour accroître leur résilience climatique, les militantes du village ont planté plus de 500 arbres et arbustes fruitiers indigènes. La plantation demande du temps et du soin, mais les femmes de Darkhan savent que leurs efforts profiteront à toute la communauté. En réduisant les vents et la dégradation des sols et en préservant les espèces indigènes, elles protègent la capacité de la communauté à se nourrir et à prendre soin d’elle-même.

Crédit photo: Vlad Ushakov 


Pour les femmes mapuches, Küme Mongen (bien vivre) est une façon de résister aux industries extractives et au colonialisme patriarcal

Les femmes mapuches autochtones du Chili jouent un rôle central dans la promotion du Küme Mongen (bien vivre), la sagesse ancestrale qui place la vie au centre de leur vision du monde. Küme Mongen reconnaît l’interdépendance entre les hommes et les femmes, entre les personnes et les communautés, et entre celles-ci et la nature. Ils sont les gardiens des semences locales et de la biodiversité, et veillent à ce que les connaissances et la culture traditionnelles, et en particulier la médecine mapuche, soient transmises à leurs enfants. Elles promeuvent une bonne nutrition et le bien-être et sont convaincues qu’en matière de santé, mieux vaut prévenir que guérir. Cette façon de penser est de plus en plus reconnue par l’ensemble de la société chilienne grâce aux efforts des femmes mapuches. Par exemple, les femmes membres de l’association Trem Trem Mapu forment des agents de santé dans leur service régional de santé et hôpital local à la médecine naturelle et préventive en utilisant des plantes provenant des forêts. Afin de poursuivre la sensibilisation à Küme Mongen et de rapprocher la campagne de la ville, les femmes mapuches construisent une maison communale dédiée à la diffusion des connaissances mapuches, un espace où elles peuvent également vendre leurs produits agroécologiques, leurs plantes médicinales et leur artisanat.

Crédit photo: Colectivo VientoSur 


Les droits fonciers et les moyens de subsistance indispensables à l’atteinte du développement durable pour les femmes autochtones du Kénya

Les groupes de femmes autochtones des comtés de Marsabit, de West Pokot et de Narok, au Kénya, protègent les forêts, leurs terres communautaires et leurs moyens de subsistance face aux défis auxquels elles font face. Grâce aux formations et aux activités de partage des connaissances, ces groupes de femmes échangent des idées afin de générer des revenus, de s’attaquer à la question de la participation des femmes au sein des processus décisionnels, et de relever les défis de garantir la sécurité alimentaire. En s’auto-organisant dans leurs communautés, elles ouvrent leur propre voie vers la prise de conscience de leurs droits fonciers et de leurs moyens de subsistance basés sur la communauté et dirigés par les femmes. Le regard déjà porté vers l’avenir, les groupes travaillent au-delà de leur communauté afin d’améliorer le réseautage ainsi que la communication avec d’autres groupes de femmes plus éloignés. Leur objectif est de consolider le mouvement des femmes au niveau local et d’influencer les programmes de développement de leurs comtés pour y inclure les priorités des femmes. Les groupes exigent le renforcement des réseaux de plaidoyer des femmes au niveau local et national en lien étroit avec le réseau national, garantissant ainsi que les voix des femmes puissent être entendues à tous les niveaux décisionnels.

Crédit photo: Lucy Mulenkei/Indigenous Information Network


Les femmes du Collectif des Paysannes et des Réserves Communautaires de Santander, Colombie: Une véritable réussite dans la protection des terres et la création d’alternatives pour le bien vivre

Les femmes du Collectif des paysannes et des réserves communautaires de Santander, en Colombie, apportent une contribution vitale à la conservation communautaire en tant que véritable solution à la crise climatique. Par leur énergie et leur créativité, elles démontrent qu’il est possible de conserver les forêts et d’atteindre la souveraineté alimentaire et la diversité de la production. Le Collectif des Réserves est un ensemble d’associations et de familles rurales de Santander créé en 2008 et basé sur la gestion communautaire des terres. Ce sont des communautés paysannes avec des liens culturels forts et des connaissances traditionnelles qui coexistent avec la forêt andine. Plusieurs décennies de conflit armé en Colombie ont eu de graves répercussions sur les communautés et en particulier sur les femmes, qui ont dû assumer la responsabilité des familles et de la production alimentaire, tout en restant sur leur territoire et en le protégeant. Pour elles, il est clair que la paix ne doit pas seulement se faire entre les groupes armés, mais aussi en termes de relations plus harmonieuses et moins agressives avec la nature. Par leur travail collectif, elles fournissent des exemples de la manière d’améliorer leur économie et leur souveraineté alimentaire. Elles démontrent que les formes d’auto-organisation dirigées par les femmes aident à préparer leurs familles à faire face à de nouveaux défis, comme dans le cas de la pandémie qui cause la faim et l’itinérance parmi les populations marginalisées d’Amérique latine.

Crédit photo: Fundaexpresión


« Ce n’est que le soya qui les intéresse » : les femmes autochtones et paysannes répondent à la double menace des l’agriculture industrielle et des changements climatiques

Les communautés paysannes et autochtones du Paraguay sont aux prises avec, d’un côté, une industrie agroalimentaire parrainée par l’État qui vole la terre et pollue l’air, le sol et l’eau, et de l’autre, une urgence climatique qui met encore plus de pression sur leur capacité déjà fragile à se nourrir. Avec un soutien extérieur minimal mais des menaces maximales pour les forêts, la sécurité foncière, la santé communautaire et la souveraineté alimentaire, les communautés paysannes et autochtones s’organisent pour reprendre le contrôle de leur vie. Les femmes sont à l’avant-garde de cette résistance, renforçant leurs organisations pour lutter contre la discrimination fondée sur le sexe tout en travaillant ensemble pour protéger leur souveraineté alimentaire, les semences autochtones, les ressources médicinales naturelles et les savoirs traditionnels et ancestraux. Confrontés à la double menace de l’avancement des monocultures et de l’urgence climatique, elles construisent leur propre résilience à partir du sol.

Crédit photo: Inés Franceschelli/Heñói

 

14 oct., 2020
Posted in Women’s rights and empowerment