Skip to content
or
banner image

Un nouveau rapport détaille la prochaine grosse arnaque des grands pollueurs

L’exposé sur les promesses de “zéro émission” révèle des plans nettement insuffisants et les stratégies utilisées par les industries polluantes pour verrouiller des programmes inefficaces

En plein milieu des discussions virtuelles sur le traité des Nations unies sur le climat, un nouveau rapport met en lumière la façon dont les industries polluantes poussent le programme “zero émission nette” à devenir la pièce maîtresse présumée des plans mondiaux sur le climat et la façon dont les détails de ces plans (s’il y en a) retardent l’action et n’ont pas de sens. Le rapport [LIEN], intitulé ” La Grosse Arnaque: Comment les Grands Pollueurs mettent en avant un programme climatique “zéro émission nette” pour retarder, tromper et nier “, fait suite à une année remplie d’annonces record d’engagements “zéro émission nette” de la part des entreprises et des gouvernements, et s’appuie sur un nombre croissant de recherches qui remettent sérieusement en question l’intégrité du “zéro émission nette” en tant qu’objectif politique. Alors que de plus en plus de plans “zero émission nette” ont été mis en place, les communautés scientifique, universitaire et activiste ont toutes exprimé de graves inquiétudes quant à l’incapacité de ces plans à respecter les engagements de l’Accord de Paris et à maintenir l’augmentation de la température mondiale en dessous de 1,5 degré Celsius.

Le rapport, rédigé par Corporate Accountability, The Global Forest Coalition et Les Amis de la Terre International, a été approuvé par plus de soixante organisations environnementales, dont ActionAid International, OilWatch, Third World Network et Institute for Policy Studies.

“La Grosse Arnaque” rejoint une série de rapports récents qui mettent au jour l’arithmétique douteuse, les objectifs vagues et les aspirations technologiques souvent irréalisables de ces plans “zero émission nette”, en analysant les plans d’un certain nombre d’industries polluantes clés, notamment les secteurs des combustibles fossiles et de l’énergie, de l’aviation, de la technologie, du commerce de détail, de la finance et de l’agriculture. Il comprend également un examen approfondi de certaines des stratégies que ces industries ont déployées pour s’assurer que leur programme “zero émission nette” devienne le principal dogme de la réponse mondiale à la crise climatique.

Voici quelques-unes des principales conclusions du rapport:

  • Les Plans:

    • D’ici 2030, Shell prévoit à elle seule d’acheter chaque année plus de compensations pour ses émissions que ce qui était disponible sur l’ensemble du marché mondial des compensations volontaires de carbone en 2019.

    • United Airlines compte utiliser une technologie de géo-ingénierie qui n’est pas développée à une échelle commerciale viable pour aspirer le carbone de l’air et le pomper dans le sol (un processus destiné à extraire encore plus de pétrole dans des endroits difficiles à atteindre). Si les mêmes installations de géo-ingénierie devaient être construites pour compenser les émissions mondiales en 2019, cela nécessiterait 4 millions d’hectares de terres, soit environ la taille du pays de Belize.

    • Le plan climatique de Walmart néglige totalement les émissions de sa chaîne de valeur, qui représentent environ 95 % de l’empreinte carbone de l’entreprise.

    • Eni prévoit d’augmenter sa production de pétrole et de gaz dans les années à venir, un exploit que la société propose de compenser par des programmes de reforestation décrits comme de fausses forêts.

    • BlackRock, le plus grand gestionnaire d’actifs au monde, s’est engagé à atteindre un niveau d’émissions “zero émission nette” dans son portefeuille d’ici à 2050. Mais bien qu’elle se soit engagée en 2020 à vendre la plupart de ses actions dans le secteur des combustibles fossiles “dans un avenir proche”, elle possède toujours 85 milliards de dollars d’actifs dans le secteur du charbon en raison d’une faille dans sa politique.

    • L’engagement de JBS à éliminer la déforestation dans sa chaîne d’approvisionnement d’ici 2035 signifie en fait qu’il continuera à contribuer à la déforestation pendant les 14 prochaines années (jusqu’en 2035), au lieu de mettre immédiatement fin à la déforestation associée à sa chaîne d’approvisionnement – ce qui est sans doute l’un des moyens les plus efficaces et les plus rapides pour JBS de réduire ses émissions.

  • Les Tactiques:

    • Les grands pollueurs, notamment les industries de l’aviation et des combustibles fossiles, ont exercé un lobbying massif pour contribuer à l’adoption d’un crédit d’impôt aux États-Unis, appelé 45Q, qui subventionne le captage et le stockage du carbone. Ces mêmes entreprises ont probablement gagné des millions grâce à ce crédit, bien qu’elles n’aient pas mis en place les systèmes adéquats pour y avoir droit.

    • L’Association internationale pour l’échange de droits d’émission, qui est peut-être le plus grand lobbyiste mondial en matière de marché et de compensations (les deux piliers des plans climatiques “zero émission nette” des pollueurs), a tiré parti de sa présence surdimensionnée lors des négociations climatiques internationales pour faire avancer son programme au détriment des autres.

    • Les entreprises ont apporté des contributions financières massives à des établissements universitaires de renom, dont le Massachusetts Institute for Technology, l’université de Princeton, l’université de Stanford et l’Imperial College de Londres, afin de façonner et d’influencer le type de recherches liées au concept “zero émission nette” que ces établissements poursuivent.

    • Dans un exemple, Exxon Mobil a conservé le droit d’examiner officiellement les recherches avant qu’elles ne soient achevées et, dans certains cas, de placer son propre personnel dans les équipes de développement de projets du Global Climate and Energy Project de Stanford.

Le rapport a été publié lors d’un point de presse [LIEN] pendant les discussions virtuelles de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Le secrétaire général des Nations unies et la présidence de la COP, qui sont les organisateurs de la prochaine étape du processus de la CCNUCC, la COP26, ont déjà fait du “zéro net” une priorité, malgré un certain nombre de controverses récentes, notamment la récente réaction négative à l’initiative de Mark Carney.

Citations d’auteurs:

“Ce rapport montre que les plans “zero émission nette” des grands pollueurs ne sont rien d’autre qu’une grosse arnaque. La réalité est que des entreprises comme Shell n’ont aucun intérêt à agir véritablement pour résoudre la crise climatique en réduisant leurs émissions dues aux combustibles fossiles. Au lieu de cela, ils prévoient de poursuivre leurs activités comme si de rien n’était, tout en écoblanchissant leur image en plantant des arbres et en mettant en place des programmes de compensation qui ne pourront jamais compenser l’extraction et la combustion de combustibles fossiles. Nous devons nous rendre compte rapidement que nous sommes en train de tomber dans le piège. Zéro émission nette risque de masquer un manque d’action jusqu’à ce qu’il soit trop tard.” – Sara Shaw, Amis de la Terre International, Co-coordinatrice du programme Justice Climatique et Energie

“Après La Grosse Arnaque, il est difficile de ne pas voir dans la récente ferveur pour le ” zero émission nette” autre chose qu’un projet soutenu par les grands pollueurs et qui est bien trop peu et bien trop tard,” a déclaré Rachel Rose Jackson de Corporate Accountability. “Ces acteurs ont empilé les cartes pour s’assurer que le monde place ses espoirs dans des plans qui ne sont rien d’autre que de l’écoblanchiement. Si nous ne rectifions pas le tir maintenant, le monde sera sur la voie rapide de la destruction du climat, incompatible avec la vie telle que nous la connaissons.” – Rachel Rose Jackson, Directrice de la politique et de la recherche climatiques, Corporate Accountability

Nous sommes profondément préoccupés par la mainmise des entreprises sur les politiques et le financement du climat, et par le lien croissant entre les gouvernements et les entreprises pour promouvoir de fausses solutions par le biais de Zéro émission nette et de concepts ambigus comme SBN. Au lieu de réduire considérablement les émissions, ils continuent de poursuivre des programmes de compensation néocoloniaux « verts » pour récolter plus de profits et polluer par le biais des compensations forestières, du boisement, du reboisement, des plantations d’arbres et des solutions technologiques dangereuses. Ce cirque du Zéro émission nette doit cesser: la planète et les gens ont besoin d’objectifs et d’engagements réels et ambitieux, de réductions réelles des émissions et d’objectifs zéro réels.” – Coraina De la Plaza, Chargée de campagne climat, Global Forest Coalition

Citations d’organisations de soutien:

“Alors que les grands pollueurs se cachent derrière de fausses affirmations de soutien à l’action climatique, ils prévoient de faire plus de dégâts en poussant les projets de compensation carbone dans les pays en développement, ce qui conduit à davantage d’accaparement de forêts et de terres. Ces efforts favorisent l’injustice climatique et auront un impact sur les communautés pauvres et les peuples autochtones du Sud. Il faut que cela cesse.” – Meena Raman, Third World Network

“While these companies are pledging to be carbon neutral three decades from now, they keep investing in business as usual – including the expansion of fossil fuels development and lobbying and PR efforts to paint themselves green – without actually cleaning up their act. We can’t afford to play hide and seek with the climate crisis. Big polluters will never voluntarily change their destructive business models, unless someone forces them to. In the meantime, they pollute not only our air, our water, our food, but also our democracy. They must be stopped.” – Agnes Hall, Campaigns Director at 350.org

“Les plus grandes entreprises européennes de combustibles fossiles se servent de leurs minces plans “zero émission nette” pour s’attirer les faveurs de nos décideurs. Mais en échange de leurs engagements creux, Shell, BP et d’autres ont réussi à obtenir un soutien financier et réglementaire pour des solutions technologiques telles que la captage et le stockage du carbone ou l’hydrogène fossile, qui leur permettront d’extraire et de vendre encore plus de pétrole et de gaz. Une catastrophe climatique totale. Le zéro émission nette n’est rien d’autre qu’une grosse arnaque, qui permet à l’UE et à ses entreprises polluantes de parler tout en marchant dans la direction opposée.” – Pascoe Sabido, Chercheur et chargé de campagne, Corporate Europe Observatory

“La Grosse Arnaque” n’est pas seulement opportun, il renforce également ce que nous disons depuis des années. L’industrie des combustibles fossiles n’est pas prête de se repentir. Zéro émission nette est une arnaque destinée à nous maintenir dans un état d’animation suspendue, tandis que pour l’industrie, les affaires continuent comme d’habitude..” -Akinbode Oluwafemi, Directeur Exécutif, Corporate Accountability and Public Participation Africa

” Les proclamations d’objectifs “Zéro émission nette” sont des tromperies dangereuses. Zéro émission nette semble ambitieux et visionnaire, mais il permet en fait aux grands pollueurs et aux gouvernements riches de continuer à émettre des GES qui, selon eux, seront effacés grâce à des technologies dangereuses et non éprouvées, au commerce du carbone et aux compensations qui transfèrent la charge de l’action climatique vers le Sud. Les grands pollueurs et les gouvernements riches ne doivent pas seulement réduire les émissions à un vrain zéro, ils doivent aussi payer des réparations pour l’énorme dette climatique due au Sud.,” – Lidy Nacpil, Coordinatrice du Mouvement des Peuples Asiatiques sur la Dette et le Développement

“Zéro émission nette n’est que la dernière tentative en date des entreprises et des gouvernements de connivence du Nord pour saper toute action réelle contre la crise climatique. Elle fait suite (et inclut) à des décennies de variations différentes des grosses arnaques, allant du déni pur et simple aux marchés du carbone, en passant par une foule d’autres fausses solutions mises en avant par les machines de relations publiques et le renforcement des grandes économies. Ce qui ne peut être évité, et qui devient une réalité permanente, ce sont les cyclones, les incendies de forêt et une multitude d’autres catastrophes liées au climat qui frappent des régions comme l’Afrique avec la plus grande intensité. Alors que notre monde est malmené par ces forces, les femmes touchées et d’autres personnes du Sud commencent à établir des liens, à percer le voile, à exiger la justice climatique et à se lever pour réclamer de solutions du vrai zéro..” – Trusha Reddy, Responsable des programmes: Women Building Power for Energy & Climate Justice, WoMin African Alliance

Contact: Taylor Billings, tbillings@corporateaccountability.org, +1 617.695.2525

###

9 juin, 2021
Posted in Forêts et Changement Climatique, Press releases, ressources et publications