Skip to content
or

Language switcher

COMMUNIQUÉ DE PRESSE: La cible historique de déforestation dans les objectifs de développement durable de l’ONU nécessite une véritable transformation

Le 25 septembre 2015: La Coalition mondiale des forêts (GFC en anglais) [1] a félicité les Nations unies pour avoir décidé de stopper la déforestation à l’horizon 2020 [2] dans les objectifs de développement durable (ODD) devant être adoptés lors du Sommet sur le développement durable de 2015 qui se tient à New York. Pour autant, elle avertit que cet objectif ambitieux ne pourra probablement être atteint si l’ONU n’adopte pas un programme de transformation pour un développement réellement durable.

 

“Les Gouvernements doivent commencer à agir dès maintenant pour enrayer la déforestation d’ici à 2020 et ne pas entamer une course vers le bas pour couper le maximum de forêts possible avant la date butoir de 2020, faire des affaires n’est plus de mise,” déclare Miguel Lovera, personne-ressource régionale pour l’Amérique Latine de la GFC.

 

Les objectifs de développement durable incluent d’autres objectifs ambitieux comme éradiquer la pauvreté et à la faim, et atteindre l’égalité des sexes à l’horizon 2030, ainsi que d’assurer des modèles de production et de consommation durables, de combattre le changement climatique, de promouvoir une agriculture durable, entre autres. [3]. Cependant, de nombreux mouvements sociaux ont souligné les contradictions inhérentes au programme de développement post-2015, faisant valoir que mettre l’accent sur une croissance économique illimitée est incompatible avec la plupart des objectifs et cibles.

 

“On ne peut pas continuer à avoir une croissance économique illimitée sur une planète limitée,” prévient Diego Cardona, président de GFC.

 

“Ce n’est qu’en réduisant la consommation et la production de marchandises telles que la viande et la bioénergie, et en rejetant la libéralisation du commerce favorisant l’expansion des entreprises, que nous pourrons mener à bien les transformations économiques nécessaires pour conserver et restaurer les forêts et autres écosystèmes.”

 

Un autre point important de préoccupation est que les ODD encouragent les plantations de monoculture au nom d’un « reboisement » à grande échelle, phénomène que les activistes dénomment “fake forests” ou « fausses forêts  » [4].

 

“Nous rejetons les plantations de monoculture qui se développent rapidement en Afrique et dans d’autres continents. Ce sont de fausses solutions au changement climatique et à la perte de la biodiversité. Nous demandons plutôt le respect de nos savoirs et pratiques autochtones comme étant la pierre angulaire permettant la résilience au climat et à la conservation [5],” insiste Hindou Oumarou du Chad, vice-président de la GFC. Les peuples autochtones et les communautés locales sont engagés depuis longtemps dans la conservation des forêts et de la biodiversité, or cela n’est pas reconnu ou favorisé dans les ODD.

 

La GFC insiste également sur le fait qu’il faudrait tenir compte de la dimension de genre non seulement en paroles mais en actes, “Nous nous félicitons que l’autonomie des femmes soit un élément essentiel dans les objectifs de développement durable ; pour autant, l’égalité des sexes ne pourra avoir lieu tant qu’on autorise aux grandes entreprises d’exploiter les biens communs de la planète en vue de leur profit privé ” déclare Isis Alvarez, conseillère pour le genre de la GFC et l’une des coordinatrices du Grand groupe Femmes sur le Développement durable [6], qui a eu un rôle très actif lors des négociations sur les ODD.

 

Pour plus d’informations, veuillez contacter:

Ashlesha Khadse (Responsible Média)

Tél portable et whatsapp: +52 967 111 0424

Email: ashlesha@globalforestcoalition.org

Website: https://globalforestcoalition.org/media

 

Réseaux sociaux:

Facebook: bit.ly/gfc123

Instagram: global.forest

Twitter: @gfc123

 

Notes:

[1] La Coalition mondiale des forêts (GFC) est une coalition à niveau mondial d’environ 80 ONG et d’organisations de Peuples autochtones de 50 pays différents luttant pour des politiques de conservation forestière socialement juste et basée sur les droits.

[2] La cible nº15.2 pour stopper la déforestation à l’horizon 2020 fait partie d’un ensemble de 17 Objectifs de développement durable (ODD) [3] devant être adoptés par les 193 Etats membres dans le cadre du nouveau programme de développement mondial pour les 15 prochaines années (2015-2030), qui remplacera les Objectifs de développement du millénaire pour les années 2000 à 2015. La cible 15.2 stipule, “D’ici à 2020, promouvoir la gestion durable de tous les types de forêt, mettre un terme à la déforestation, restaurer les forêts dégradées et accroître considérablement le boisement et le reboisement au niveau mondial «

Cf.: https://sustainabledevelopment.un.org/post2015/summit

[3] cf. tous les objectifs, cibles et indicateurs à https://sustainabledevelopment.un.org/focussdgs.html

[4] https://globalforestcoalition.org/real-forests/

[5] ] La Coalition mondiale des forêts, conjointement avec un certain nombre d’organisations de peuples autochtones et d’ONG, développe un processus de bas en haut d’évaluation des débats et efforts pour la conservation au sein des communautés dans au moins 20 pays dont, entre autres, Samoa, Iran, Ouganda, Afrique du Sud, Paraguay, Chili.

Cf.: https://globalforestcoalition.org/resources/supporting-community-conservation/

[6] http://www.womenmajorgroup.org

25 sept., 2015
Posted in Press releases