Skip to content
or
banner image

“Nous sommes les vrais héros des forêts”: Message à l’attention du XIV Congrès forestier mondial de la part des peuples autochtones et des communautés locales

D’après le blog de Souparna Lahiri*

Pendant la conférence de Global Forest Coalition (GFC) Favoriser la conservation communautaire, à Durban en Afrique du Sud (du 31 août au 4 septembre, 2015) c’est à dire quelques jours avant le Congrès forestier mondial (du 7 au 11 septembre, 2015), Diego Cardona, le président, a déclaré : « Contrairement à ce qui est assumé par de nombreux processus politiques internationaux, les communautés locales ne sont pas des menaces pour les forêts, elles ne les surexploitent pas ; ce sont elles qui ont maintenu ces territoires et ont garanti leur existence et elles ont besoin de soutien pour continuer leurs efforts. », ce message a sonné haut et clair : Les communautés locales sont les vrais héros des forêts.

La conférence qui a rassemblé plus de 100 représentants des peoples autochtones, des communautés locales et des militants venant de plus de 40 pays, à Durban, en Afrique du Sud, a observé que : (i) une utilisation durable servant les besoins alimentaires des communautés locales et leurs pratiques culturelles constitue le moteur principal de la conservation et (ii) les plantations d’arbres ne sont pas des forêts. Les communautés demandent à ce que les politiques nationales et mondiales continuent à soutenir leurs efforts de conservation.

Les délégués de la conférence ont communiqué ce message au Congrès forestier mondial (WFC). Lors des délibérations du précongrès (du 5 au 6 septembre, 2015), nous avons discuté et présenté avec force les vues des communautés lors de sessions en petits groupes organisées quelques jours plus tard à Durban, en réponse au projet de message du Mécanisme forêts et paysans (FFF) de la FAO et de ses partenaires au XIV Congrès forestier mondial. Le projet de message sous le thème : « Développer une dynamique pour agir en faveur de la foresterie communautaire et des organisations de producteurs agricoles et forestiers » était étayé par un langage et des métaphores empruntés aux investisseurs prospectifs, aux institutions financières et au marché qui envisagent les forêts et les communautés locales comme des marchandises à commercialiser et qui sont loin de comprendre les forêts et la conservation communautaire des forêts d’une manière holistique où les finances jouent uniquement un rôle d’appui.

Nos interventions principales incluaient la reconnaissance de nombreux points, dont la contribution des peuples autochtones et des communautés locales, le besoin de titres fonciers sûrs et officiels, d’institutions traditionnelles et de lois coutumières, du consentement libre, préalable et éclairé (FPIC), de principes d’autodétermination, de la sécurité alimentaire et de pratiques traditionnelles et durables afin d’assurer des moyens de subsistance, le besoin d’abolir les barrières d’accès à la finance, aux marchés et aux transports des produits de la forêt et une application effective des lois qui encouragent les pratiques de conservation communautaire.

Cependant, le message final – « Nous connaissons les forêts, et les forêts nous connaissent: il est temps d’écouter les peuples autochtones, les communautés locales et les producteurs d’aliments à petite échelle » – porte encore une marque favorable au marché et aux investisseurs et est loin de transmettre le message tel que le voudraient les peuples autochtones et les communautés locales ; le message réel à l’attention du Congrès, a été émis par Ujiyaro Bai, une femme Baiga, déléguée de l’État de Madhya Pradesh de l’Inde centrale. Dans son discours au Congrès forestier mondial le 6 septembre 2015, elle a dit : « Pour nous, aller de l’avant, cela signifie des forêts qui nous soignent quand nous sommes malades, qui assurent notre sécurité alimentaire et où nous nous réfugions. Toute autre voie conduit à notre déplacement, à des corridors pour la faune, à l’exploitation minière, à la pollution de notre eau et de notre terre. La forêt est notre âme, notre vie, notre façon de vivre… »

 

 

23 sept., 2015
Posted in Supporting Community Conservation, Forêts et Changement Climatique, Actualités