Skip to content
or

Language switcher

La Commission Européenne signe avec le groupe des femmes l’accord stratégique pour mettre en place des Objectifs de Développement Durable

organisations-sustainable development goals

18 Mars : Une direction de la Coopération Internationale et du Développement de la Commission Européenne (DEVCO) [1] a publié un accord de partenariat sur 5 ans avec une coalition de 5 réseaux globaux et régionaux de femmes afin de mettre en place des Objectifs de Développement Durable (Sustainable Development Goals –SDGs). Les 17 Objectifs [2], adoptés par l’ONU en Septembre 2015, constituent une feuille de route universelle pour atteindre l’engagement historique de mettre fin d’ici 2030 aux inégalités structurelles entre les pays, entre les riches et les pauvres, et, entre les femmes et les hommes.

Ce partenariat résulte d’un engagement de la Commission Européenne à soutenir la mise en place des 17 Objectifs afin de « consolider les moyens de mise en œuvre et de renforcement d’un partenariat mondial pour le développement durable » et de reconnaître le fait qu’une « société civile dotée de responsabilités (…) peut contribuer à une meilleure efficacité des politiques et à un développement plus équitable et durable (…) » [3].

Les 5 groupes ayant signé l’accord sont les suivants : l’ONG Les Femmes d’Europe pour un Avenir Commun [4], le Programme Environnemental des Femmes [5], la Coalition Mondiale des Forêts [6], l’Alliance Genre et Eau [7], et le Forum d’Asie Pacifique sur les Femmes, la Loi et le Développement [8]. Ensemble, ils représentent plus de 200 organisations de plus de 52 pays qui s’engageront directement dans le projet, ainsi qu’un réseau de plus de 900 organisations membres dans plus de 100 pays. L’Accord Cadre a été l’un des 21 signés avec le Commissaire Mimica de la Commission Européenne, le 18 mars au Forum Europaid CSO de Bruxelles.

« En dépit de 50 ans d’efforts et du développement significatif d’instruments et de mécanismes internationaux pour faire progresser les droits de l’homme et les droits des femmes, la situation de ces dernières reste, dans la plupart des pays, immobile ou même en régression. Par exemple, moins de deux pays possèdent la parité au sein de leur parlement national [8], les femmes font globalement 75% du travail non payé [9] et détiennent moins de capital et de terres que les hommes [10]. Les Objectifs de Développement Durable reconnaissent que les droits des femmes, leur dignité ainsi que leur participation dans les prises de décisions sont des pré-requis pour mettre en œuvre un développement durable pour tous », a déclaré Sascha Gabizon.

« Nous nous réjouissons du fait que la Commission Européenne reconnaisse l’importance cruciale du mouvement du droit des femmes pour atteindre les Objectifs de Développement Durable. Beaucoup des plus courageux et visionnaires défenseurs des droits de l’homme sont des femmes. Il y a tout juste une semaine, Berta Caceres et sa collègue Nelson Garcia ont été brutalement assassinées pour avoir défendu les droits des peuples autochtones du Honduras, dont les territoires étaient menacés par un barrage hydro-électrique financé par des fonds hollandais et finnois », a déclaré Simone Lovera de la Coalition Mondiale des Forêts [11].

« Les Objectifs de Développement Durable requièrent de nos gouvernements qu’ils renforcent leur responsabilité, qu’ils réalisent la paix et la justice, et qu’ils mettent fin à toute forme de violence et d’impunité (Objectif 16). Les mouvements globaux doivent soutenir la transformation du système d’échanges internationaux et des investissements d’infrastructures, ainsi que la création de régulations ayant valeur d’obligations pour les droits de l’homme dans le domaine des affaires, lesquelles sont capitales pour la mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable » a déclaré Govind Kelkar, membre du conseil du Forum d’Asie Pacifique sur les Femmes, la Loi et le Développement.

Ces coalitions de femmes ont été parties prenantes de processus de développement durable depuis le début en tant que fraction du Groupe Majeur des Femmes [12], unité créée par les pays membres de l’ONU en 1992 en titre de groupe social clé pour le Développement Durable. « Nous avons joué un rôle majeur dans la définition des Objectifs de Développement Durable. Nous avons aidé à garantir que les droits des femmes, l’égalité des genres et la justice de développement soient au cœur même de ce discours global. A présent, nous nous assurons que les Objectifs de Développement Durable soient mis en place en concordance avec ces priorités », a déclaré Priscilla Achakpa.

Contacts:
WECF : Sascha Gabizon, Directrice exécutive, wecf@wecf.eu +49-172-8637586
WEP : Priscilla Achakpa, Directrice exécutive, Priscilla.achakpa@wepnigeria.net  +234-9-2910878
GFC : Isis Alvarez, Coalition Mondiale des Forêts, isis.alvarez@globalforestcoalition.org
GWA : Esther de Jong, Députée Directrice, estherdejong@chello.nl +31-313427230
APWLD : Kate Lappin, Coordinatrice Régionale, apwld@apwld.org +66-53-284527

Notes :
[1] La Direction Générale de la Coopération Internationale et du Développement de la Commission Européenne (Directorate-General for International Cooperation and Development – DG DEVCO) est chargée de concevoir des politiques européennes de coopération et de développement internationale, et de fournir leur aide à travers le monde. Lien: https://ec.europa.eu/europeaid/structure-organisationnelle-de-la-dg-devco_fr
[2] L’ensemble des indicateurs, buts et visées des Objectifs de Développement Durable est accessible sur : https://sustainabledevelopment.un.org
[3] https://sustainabledevelopment.un.org/focussdgs.html
[4] Les Femmes d’Europe pour un Avenir Commun (Women in Europe for a Common Future – WECF) est un réseau international de plus de 150 organisations de femmes et d’organisations de la société civile qui mettent en place des projets dans 50 pays et qui font des recommandations globales pour former un monde juste et durable. Lien: http://www.wecf.eu/francais/wecf/
[5] Le Programme Environnemental des Femmes (Women Environmental Programme – WEP) est une organisation indépendante et critique de la société civile, connue pour ses travaux locaux concernant les femmes et l’environnement dans des zones rurales du Nigeria, et qui s’est développée en un réseau CSO panafricain. Le WEP cumule des expériences réussies en matière d’analyse de politiques et de renforcement des capacités des femmes et des jeunes en matière de droits environnementaux, sociaux et économiques – notamment en ce qui concerne le budget des dépenses d’une autorité locale pour améliorer la transparence quant à l’égalité des sexes. Lien: http://www.wepnigeria.net
[6] La Coalition Mondiale des Forêts (Global Forest Coalition – GFC) est une coalition internationale de presque 80 ONGs et Organisations de Peuples Autochtones provenant de 53 pays différents, aspirant à des politiques de conservation forestière qui soient socialement justes et fondées sur les droits. Lien: https://globalforestcoalition.org
[7] L’Alliance Genre et Eau (Gender and Water Alliance – GWA), basée en Hollande et au Bengladesh, est un réseau global de 725 membres organisationnels de 129 pays (80% n’étant pas des pays de l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques). La GWA est spécialisée dans le renforcement des capacités des décisionnaires et professionnels en matière d’eau, pour les faire évoluer d’une vision aveugle sur le rapport homme-femme vers un soutien actif de l’égalité des sexes dans leurs institutions et leurs programmes. Lien: http://genderandwater.org/fr
[8] Le Forum d’Asie Pacifique sur les Femmes, la Loi et le Développement (Asian Pacific (Asia Pacific Forum on Women, Law and Development – APWLD), basé à Chiand Mai en Thaïlande, est un réseau majeur de militants féministes d’Asie Pacifique, ayant trente ans d’expérience en matière de recherche, de recommandations, de formation, et de constitution de mouvements pour les droits des femmes. Les 195 organisations membres de l’APWLD représentent des groupes d’une variété de femmes de 28 pays différents d’Asie Pacifique. Lien: http://apwld.org
[9] Les Femmes dans les Parlements Nationaux, Classification de Février 2016 par l’Union Inter-Parlementaire : http://www.ipu.org/wmn-e/classif.htm
[10] McKinsey 2015, MGI Power of parity Executive Summary, Septembre 2015
[11] ‘…Women own 2% of land’, par Cheryl Doss, Professeur en Economie et Etudes Africaines à l’Université de Yale.
Voir aussi : http://www.banktrack.org/show/actionletters/civil_society_response_on_fmo_finnfund_suspension_loans_to_agua_zarca_project
[12] http://www.womenmajorgroup.org

18 mars, 2016
Posted in Defending Rights, Press releases, Women2030, Women’s rights and empowerment