Skip to content
or

Language switcher

banner image

Le leadership des femmes dans la conservation et la gouvernance des forêts est essentiel pour un avenir égalitaire : Voix du du GFC

Pour un avenir inclusif et juste dans un monde COVID-19 et au-delà, nous reconnaissons que l’égalité des sexes et la lutte contre les barrières structurelles du patriarcat, de l’extractivisme, du racisme et du capitalisme vont de pair. Le leadership des femmes dans les plateformes de prise de décision est essentiel à cet égard, car il permet de faire entendre les priorités, les besoins et les expériences des femmes dans toute leur diversité et dans leurs communautés.

Le plus souvent, les organes directeurs des forêts et de l’environnement sont encore dominés par les hommes et les politiques ne tiennent toujours pas compte des questions de genre. Cela est important car l’inégalité entre les sexes et des questions telles que la violence du genre ont non seulement un impact sur la vie des femmes mais constituent également des menaces pour le développement communautaire et la défense des terres et des forêts.

Les discriminations et les obstacles auxquels sont confrontés les groupes sous-représentés dans la société doivent être dûment pris en compte si l’on veut que la conservation et la gouvernance des forêts soient fructueuses et inclusives. Qu’il s’agisse des femmes autochtones qui luttent pour l’accès aux forêts (ressources), du développement des possibilités de formation et de subsistance pour les jeunes ou de la défense des droits fonciers et de l’accès au financement pour les ménages dirigés par une femme seule, nous avons besoin du leadership de femmes diverses pour nous conduire vers un avenir juste.

En cette Journée internationale de la femme, nous voulons partager avec vous quelques réflexions des femmes membres du conseil d’administration du GFC…. En tant que faiseurs de changement, elles amplifient d’importants messages, du local au mondial, sur la nécessité de respecter les droits des peuples autochtones et de mettre en place des politiques environnementales justes et inclusives.

Jeanette Sequeira, Coordonnatrice du programme Genre du GFC


Johanna Molina

Colectivo VientoSur, Chile

La seule façon de faire face au contexte actuel dans lequel le capitalisme patriarcal pénètre et affecte brutalement toute notre existence est d’organiser et de créer des alliances pour élever et relier les luttes des peuples. Il est urgent de dénoncer au niveau international les violations des droits de l’homme et la destruction de la nature, et le GFC permet de le faire et de forger des complicités pour la défense de la terre et de ceux qui la défendent.

Les femmes ont historiquement été les défenseurs de la vie, et nous savons par expérience que c’est le travail d’assistance dans toutes ses dimensions qui nous permet de la soutenir. C’est le travail invisible et dévalorisé des femmes qui soutient le capitalisme, mais qui permet aussi de résister à son oppression. Les femmes défenseurs de la terre et des forêts, gardiennes des semences et productrices agroécologiques, etc. nous ont permis de continuer à disposer de biens naturels pour subsister. Cependant, mettre la vie au centre est une tâche qui nous incombe à tous, et nous devons donc transformer la façon dont nous nous organisons en tant que société pour évoluer vers des formes de production, de consommation et de distribution qui soient basées sur la solidarité et en harmonie avec la nature, et les femmes ont leur mot à dire à ce sujet.

Je tire mon espoir des économies locales, de l’organisation locale et de la vie en communauté ; de la protection de la nature ; des marches de masse dans les rues contre la violence, l’extractivisme et le patriarcat ; des revendications des peuples indigènes, des collectifs de femmes ; et des multiples expériences qui mettent la vie au centre. Ils nous montrent qu’un autre monde est possible, un monde guidé par les valeurs de solidarité, de réciprocité et de respect, un monde où nous sommes conscients de notre interdépendance et de notre éco-dépendance. Nous ne sommes pas seuls, nous avons les uns les autres.”

Foto: Paulina Veloso


Hindou Oumarou Ibrahim

IPACC/AFPAT, Chad

Il n’y a pas de voie vers un climat sûr qui n’implique pas une augmentation significative des solutions des peuples autochtones. Comment puis-je le savoir ? Parce que je suis une femme indigène du peuple pastoral Mbororo au Tchad, qui depuis des siècles conduit le bétail vers les pâturages frais de la région du Sahel au rythme des saisons. Mon peuple se déplace du lac Tchad à la forêt tropicale du bassin du Congo, ce qui minimise notre impact et permet à notre fragile écosystème de se régénérer. Les peuples indigènes du monde entier vivent en harmonie avec la nature depuis des siècles. Pour nous, il n’y a pas de différence entre l’environnement et la vie. Nous dépendons de la nature, nous sommes liés à la nature, elle est notre supermarché et nous la protégeons. La nature est complètement imbriquée dans notre culture, notre identité et notre mode de vie. Nous sommes la nature !

Mon peuple entretient un grand nombre des écosystèmes les plus sains de la Terre. Bien que les peuples autochtones ne représentent que 5 % de la population mondiale, ils gèrent plus d’un quart de toutes les terres, y compris les forêts, et protègent environ 80 % de la biodiversité mondiale.

Avec la pandémie COVID-19, la protection des forêts et des droits des peuples indigènes doit être au cœur de nos futurs plans pour reconstruire au mieux et rétablir une économie mondiale plus juste et plus durable. Je pense que ces solutions sont essentielles pour un avenir durable.

Notre vulnérabilité collective à COVID-19 reflète notre vulnérabilité à la crise climatique. Cette vulnérabilité a motivé les gens du monde entier à exiger une nouvelle voie à suivre, fondée sur l’équité sociale et la justice économique qui inclut tout le monde afin que nous puissions nous protéger et protéger notre planète. Heureusement, cela me donne des raisons d’espérer. Aujourd’hui, partout dans le monde, le mouvement pour le climat se développe, mené par les jeunes, les femmes et les communautés autochtones
….”

Foto: Salma Khalil


Inés Franceschelli

HEÑÓI, Paraguay

La défense des forêts et la lutte contre leur destruction est la seule voie d’espoir pour la survie de l’espèce humaine. L’union des forces est la seule alternative, étant donné l’énorme pouvoir exercé par les entreprises responsables de la destruction de la planète.

Les femmes ont depuis longtemps assumé la responsabilité de la gestion des besoins humains fondamentaux : nutrition, soins de santé, etc. La gouvernance des forêts par les femmes garantit la durabilité car les femmes savent s’organiser pour que la consommation d’aujourd’hui n’entrave pas celle de demain. Les femmes savent mieux que les hommes administrer, planifier et soigner ; nous pensons à tout le monde, pas seulement à quelques-uns. Nous gérons mieux les relations communautaires, et c’est pourquoi il est important de promouvoir le leadership des femmes dans la conservation et la gouvernance des forêts, ainsi que dans tous les domaines de la vie publique.

Dans certaines de nos communautés paysannes, je constate une prise de conscience et une compréhension croissantes de l’ampleur des menaces, je vois des jeunes gens intéressés par un retour à la campagne et désireux de s’enraciner dans le milieu rural. Je constate dans certains cas une reprise de la production d’aliments sains, une amélioration des régimes alimentaires, l’élimination des aliments ultra-traités qui non seulement nuisent à la santé mais rendent également le pays [du Paraguay] dépendant des industries étrangères. Et je vois de plus en plus de femmes libres et organisées. Cela me donne plus d’espoir.”

Foto: Ronnie Hall


Voir notre programme sur les droits et l’autonomisation des femmes : https://globalforestcoalition.org/campaigns/womens-rights-and-empowerment/

8 mars, 2021
Posted in Supporting Community Conservation, Women’s rights and empowerment