Skip to content

Language switcher

Ce que nous faisons

Les forêts sont le foyer de communautés locales et de peuples autochtones, comptant des femmes. Ces communautés ont vécues avec la forêt des siècles durant, et en ont été les gardiennes. Pourtant, leurs terres et leurs modes de vie sont menacés, dans la mesure où leurs droits et territoires ne sont pas reconnus.

La Coalition Mondiale des Forêts s’est toujours identifiée à un groupe d’action pour des politiques forestières basées sur les droits. Un des motifs de la naissance de la Coalition Mondiale des Forêts était le besoin qu’un groupe se saisisse des droits des Peuples Autochtones et des autres populations dépendant des forêts afin d’initier la lutte pour la protection des forêts.

Au nom de la conservation des forêts, des Peuples Autochtones et des Communautés Locales ont été délocalisées de force : expulsées de leurs terres et ré-établies dans des zones ne leur étant en rien familières. Ceci s’est parfois produit avec le consentement, ou même encore l’implication, d’organisations de conservation forestière. Nous dénonçons particulièrement le soi-disant « Accaparement des Territoires Verts » pour ses fausses solutions en matière de changement climatique, telles que les projets de compensation carbone par les forêts [http://globalforestcoalition.org/about-2/redd-rights] et la bioénergie [http://globalforestcoalition.org/about-2/agrofuels-bioenergy].

Les femmes sont souvent les principales victimes de mesures et de projets qui excluent et ignorent les populations dépendant des forêts. Leurs droits, leurs besoins ainsi que leur rôle fondamental dans la conservation et la restauration des forêts devraient être l’une des pierres angulaires de politiques forestières basées sur les droits.

La Coalition Mondiale des Forêts estime que les mesures de conservation des forêts qui ignorent les droits, besoins et rôles des Peuples Autochtones, des Communautés Locales et des Femmes, violent des droits humains fondamentaux et s’opposent au besoin de créer un soutien à la protection des forêts parmi une communauté plus étendue. Nous estimons que nul ne fera cas des lois et des politiques tant qu’elles sont considérées comme élitistes et fondamentalement biaisées. De fait, autant la protection des forêts que les droits humains et des peuples autochtones souffrent d’une telle approche.

Dernier point, mais non des moindres, nous travaillons avec un grand nombre de mouvements de femmes au sein du Groupe Majeur des Femmes (Women’s Major Group) d’échelle internationale, sur le développement durable [http://www.womenmajorgroup.org/] et sur les processus du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (UNEP). La Coalition Mondiale des Forêts est l’un des membres du noyau dur du groupe majeur des femmes, et est activement impliqué dans les discussions des Nations Unies concernant les droits des femmes et le développement durable. De plus, la Coalition Mondiale des Forêts fait partie de l’Alliance Genre & Développement Durable comprenant des organisations reconnues telles que Femmes d’Europe pour un Avenir Commun (WECF) et l’Alliance Genre et Eau. Nous cherchons à intégrer des considérations relatives au genre au sein de toutes nos activités et programmes.