Skip to content

Language switcher

Mission et Vision

La mission de la GFC est d’observer et de restaurer les écosystèmes des forêts ainsi que le savoir traditionnel, afin de défendre et promouvoir le respect des droits et territoires des Peuples Autochtones et des communautés locales, à travers la promotion de moyens de subsistance durables qui mettent en sécurité la coexistence des populations et des forêts pour une qualité de vie durable des générations présentes et à venir.

La vision de la GFC se formule ainsi :

  • D’authentiques forêts avec et pour les peuples ! Coexistence durable des écosystèmes forestiers, des Peuples Autochtones et des communautés locales pour sauver les forêts comme des racines de vie, en prenant en considération les droits, les rôles, les besoins et les aspirations spécifiques des femmes.
  • Les droits des Peuples Autochtones et des communautés locales sont pleinement respectés et observés dans les politiques relatives aux forêts. Les systèmes coutumiers de gestion et de conservation des forêts ainsi que les droits territoriaux et fonciers des Peuples Autochtones et des communautés locales sont pleinement respectés.
  • Les gouvernements se conforment l’accord historique de mettre fin à la déforestation et à la perte de la biodiversité, au plus tard d’ici 2020. La privatisation, la commercialisation et la détérioration issues des politiques publiques, notamment de celles recourant aux partenariats public-privé, cessent ; et les gouvernements garantissent une protection des droits de l’homme, en particulier des droits des groupes vulnérables.
  • Les plantations ne sont pas des forêts. Conformément aux définitions internationales, la conservation forestière intègre la préservation, un usage et une restauration durable des forêts avec les espèces autochtones.
  • Les forêts ne sont pas à vendre, les forêts sont pour la vie. Réduire la consommation de bois et des autres produits menaçant les forêts est une tâche planétaire de prime importance.
    Les forêts sont au cœur de la régulation climatique, en sauvant la biodiversité et en interrompant la désertification. Sans la protection des forêts, il est impossible de progresser dans aucune des trois « Conventions de Rio » qui traitent de ces problématiques.
  • La diversité culturelle et les dialogues interculturels sont la garantie de la sauvegarde de la biodiversité. Le monde doit aider les Peuples Autochtones et les communautés locales à sauver leur diversité culturelle, ainsi que leurs savoirs traditionnels – principaux acteurs de la sauvegarde des écosystèmes forestiers, en prenant en considération le rôle crucial de la jeunesse et du dialogue intergénérationnel.